B.A.-BA : comment emprunter de l’argent à un proche ?

Vous ne pouvez plus, en raison de votre taux d’endettement ou de votre statut professionnel (en CDD, au chômage…), emprunter auprès d’un organisme financier ? Il peut être intéressant de demander à un ou plusieurs de vos proches de vous prêter de l’argent, pour rembourser vos dettes. À condition de le faire dans de bonnes conditions. Décryptage.

De réels avantages pour le prêt familial

Emprunter de l’argent à un proche peut être une bonne idée lorsque votre taux d’endettement est trop important. Ou lorsque les circonstances vous excluent du circuit bancaire. Les banques et les organismes financiers n’aiment en effet pas prêter de l’argent aux auto entrepreneurs, aux chômeurs ou aux titulaires de CDD. Et ce, peu importe les revenus tirés de ces activités.
De fait, le prêt familial présente plusieurs avantages :
– Il peut s’obtenir sans dossier, sur la base d’une confiance mutuelle ;
– Il n’est pas obligatoire de disposer d’un certain niveau de revenus, et le taux d’endettement ne compte pas pour le prêteur ;
– Le statut professionnel passe au second plan ;
– Les conditions de remboursement sont souples, le plus souvent sans intérêts ;
– Il peut s’obtenir assez vite…

Un réel engagement

Cependant, ce n’est pas parce que le prêt familial s’obtient, potentiellement, plus vite qu’il vous faut prendre cet engagement à la légère. En effet, il « transforme » un proche en créancier, lequel cherchera, malgré tous les liens qui vous unissent, à retrouver la somme qui a été prêtée. Il repose sur une confiance accordée, qu’il serait dommage de briser. Il comporte donc une dimension morale non négligeable.
Un conseil pour éviter de vous brouiller ? Ne soyez pas trop gourmand sur la somme empruntée. Ne demandez que ce dont vous avez vraiment besoin. Trop emprunter, c’est augmenter les risques de ne jamais avoir la capacité de tout rembourser !

Un indispensable contrat…

L’un de vos proches accepte de vous prêter de l’argent ? Attention, si la somme dépasse 1 500 euros, l’article 1359 du Code civil stipule que vous allez devoir poser les choses par écrit. Et ce, que ce document prenne la forme d’un contrat de prêt ou d’une reconnaissance de dette. Oublier cette étape, ce serait prendre des risques inutiles. L’administration fiscale pourrait considérer cette somme comme un revenu d’origine indéterminée, et la soumettre à l’impôt sur le revenu…
En pratique, il est largement recommandé de poser les choses par écrit, quelle que soit la somme empruntée. D’une part, pour avoir une preuve du montant dont il est question. D’autre part, pour être au clair sur les sommes concernées, sur le rythme des remboursements, sur les éventuels intérêts et sur les autres conditions de l’opération. Notez qu’il est aussi possible d’établir un acte notarié. Cela pourrait rassurer votre proche-prêteur. Il pourrait alors, en cas de souci, engager une procédure de recouvrement par huissier.
Notez, enfin, que toute somme prêtée, au-dessus de 760 euros, doit être déclarée aux services fiscaux. Faites les choses dans les règles pour éviter bien des embêtements par la suite !

… et des règles à (se) fixer

Si un proche vous prête de l’argent, il vous fait confiance. C’est pourquoi vous devez définir certaines règles :
– La fréquence des remboursements (mensuelle, trimestrielle, annuelle…) ;
– Le montant de chaque échéance ;
– Le mode de paiement des échéances (virement, chèque…) ;
– Le délai maximal de remboursement…
N’oubliez pas, par ailleurs, de mettre un point d’honneur à prévenir de tout retard de remboursement, le plus en avance possible. L’argent est un sujet qui entraîne souvent des conflits, y compris dans les familles les plus soudées. Soyez transparent, honnête et régulier, vous aurez tout à y gagner !
C’est d’autant plus important que la personne qui vous prête de l’argent prend un vrai risque, celui de ne plus jamais revoir une somme mise de côté en cas de coup dur. « Récompensez » ce risque en payant rubis sur ongle les échéances telles qu’elles ont été convenues… voire, si vous le pouvez, en avance.

Emprunter à un proche, c’est une « vraie » solution pour les personnes qui n’ont plus la capacité de souscrire un crédit classique ou de rembourser leurs dettes. C’est aussi une prise de risque, pouvant mener à une brouille familiale. Rassurez-vous cependant : en suivant les quelques règles énoncées ci-dessus, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour rembourser ce que vous devez en temps et en heure. Et de ne jamais vous fâcher avec quelqu’un qui compte pour vous, et réciproquement !

Articles similaires

Commentaires

Petite maison en bois à côté de trois piles de pièces symbolisant la règle 50/30/20

Le Solublog

Pour comprendre, piloter et

assainir vos finances

Directement par email 😉

Nous avons bien pris en compte votre demande 😉
Désolé, il semblerait qu'il y ait eu un problème. Pourriez-vous essayer à nouveau ?

On peut se croiser aussi ici !

Vous cherchez quelque chose ?

Les catégories

Nos derniers articles