Top 7 des solutions pour se constituer une épargne

Se créer une épargne est important pour la plupart des foyers. Et ce, qu’il s’agisse de se créer un patrimoine, d’anticiper certaines dépenses « plaisir » ou d’être en mesure de faire face à des imprévus ! Vous vous demandez comment faire pour épargner ? Quels outils et dispositifs existent pour mettre de côté sans effort ? Vous êtes au bon endroit : voici sept solutions pour se constituer sereinement une épargne.

L’épargne « artisanale »

L’épargne du quotidien est celle que l’on se force à faire, avec ou sans virement automatique, depuis notre compte courant. C’est souvent par celle-ci que l’on débute. Pour vous aider à vous y mettre, et à atteindre vos ambitions, il existe deux méthodes :

  1. La méthode Kakeibo, qui permet de mettre petit à petit de côté en fonction de ses revenus et de ses dépenses. Ces dernières sont classées en fonction de leur importance et de leur côté inévitable ;
  2. La règle des 50/30/20, qui repose sur un objectif de gestion saine du budget mensuel, la moitié étant consacrée aux dépenses fixes, 30% aux achats divers, et 20% à l’épargne.

L’investissement immobilier

Acheter un bien, non pas pour y vivre mais pour le proposer à la location, est le principe de l’investissement locatif. Celui-ci vous permettra de vous constituer une épargne solide et régulière, avec des revenus supplémentaires (si le loyer perçu est supérieur au montant du prêt) ou à long terme (lorsque le prêt immobilier sera remboursé). En plus de vous aider à mettre de côté sans trop d’efforts, il vous permettra aussi de vous constituer un patrimoine. Un avantage non négligeable en termes de transmission d’héritage.

Le livret A

Le livret A est le produit d’épargne le plus courant. Un classique parmi les classiques, dont sont titulaires près de 56 millions de personnes en France ! Il est ouvert à tous, sans limite d’âge et proposé par toutes les banques, avec un minimum de 15 euros à l’ouverture. Son fonctionnement est simple, puisqu’il est possible d’y ajouter ou d’en retirer de l’argent selon ses envies et besoins. Son plafond ? 22 950 euros, que l’on peut augmenter de 12 000 avec un livret de développement durable (LDD). Un bémol, tout de même : le taux appliqué au livret A est très faible, 0,5%, et ne va pas en s’améliorant au fur et à mesure des années.

L’assurance-vie

L’assurance-vie est un placement financier et représente aujourd’hui le premier moyen d’épargne en France. Il s’agit d’un contrat selon lequel un assureur va s’engager à vous verser – ou à vos bénéficiaires et héritiers – une rente ou un capital, en contrepartie du paiement de primes. Il existe trois grands types de contrats :

  1. monosupport en euros (les primes sont investies sur des produits sans risque),
  2. unités de compte (elles sont investies sur des produits liés à la Bourse),
  3. multisupport (produits sans risque et unités de compte sont mélangées).

Si divers frais sont à prévoir (frais de dossier, d’entrée, de gestion ou d’arbitrage), l’assurance-vie permet de vous constituer un capital sur le long terme. D’un point de vue fiscal, un retrait sur un contrat intervenant au moins 8 ans après son ouverture entraîne un prélèvement forfaitaire (impôts) unique de 7,5%. Avant ce seuil, il s’élèvera à 12,8%. Dans les deux cas, il faudra ajouter 17,2% de prélèvements sociaux lors du retrait.
S’agissant de la transmission du capital :

  • Avant les 70 ans de l’assuré, aucune taxation n’est prévue jusqu’à 152 500 euros. Elle atteindra 20% jusqu’à 700 000 euros, et 31,25% au-delà.
  • Après les 70 ans, aucune taxation n’est effective jusqu’à 30 500 euros. Au-delà de ce seuil, c’est la règle du droit commun qui s’applique.

Le Plan d’épargne-logement (PEL)

Comme son nom l’indique, ce produit bancaire d’épargne est destiné au financement de l’achat d’un bien immobilier. Pour l’ouvrir, il faut verser au moins 225 euros, puis 540 euros par an . Le tout pour un montant ne pouvant dépasser 61 200 euros. Sa durée doit être comprise entre 4 et 10 ans. Au-delà de 10 ans, aucun versement n’est possible mais le PEL produit encore des intérêts pendant 5 ans. Attention, ces intérêts perçus sont soumis à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux (12,8% et 17,20% respectivement). Ils sont également capitalisables et viennent donc s’ajouter à votre capital, chaque 31 décembre. Vous pouvez également bénéficier d’une prime d’Etat, lorsque vous utilisez le PEL pour acheter un bien immobilier. Notamment pour l’achat d’une résidence principale ou secondaire et des travaux de réhabilitation ou d’aménagement)

Le Plan d’épargne-retraite (PER)

Si trois PER (individuel, d’entreprise collectif et d’entreprise obligatoire) se côtoient, le principe reste le même : vos versements sont bloqués jusqu’au moment du départ à la retraite – sauf placement en invalidité, en cas de décès du conjoint, de surendettement ou d’achat de résidence principale. Le Plan d’épargne retraite est intéressant fiscalement, puisque chacun de vos versements est déductible des revenus imposables dans la limite de 10% de ceux-ci.
Cependant, n’oubliez pas que tout retrait du Plan d’épargne retraite est imposé à l’IR (impôt sur le revenu) sans abattement. Enfin, en cas de décès, les sommes sont bien entendu reversées à vos héritiers ou aux bénéficiaires expressément désignés dans le contrat.

Le Plan d’épargne en actions (PEA)

Accessible à toute personne majeure, le PEA est limité à 150 000 euros. Son but ? Investir dans des actions, françaises ou étrangères, qui génèrent des revenus (et donc de l’épargne) supplémentaires. Si la fiscalité du PEA est avantageuse (aucune fiscalité sur les gains perçus tant que vous ne retirez pas l’argent ; après 5 ans, seuls les prélèvements sociaux de 17,2 % seront demandés ; et si votre retrait intervient entre 2 et 5 ans, vous serez taxés à hauteur de 19% en plus des prélèvements sociaux, et de 22,5 % avant 2 ans), il n’en reste pas moins un placement risqué. Les cours de la Bourse restent en effet extrêmement volatils !

Se constituer une épargne est important, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il faut prendre des risques inconsidérés. Certains placements, comme le PEA, sont en effet moins sûrs que d’autres. Mieux vaut donc étudier toutes les conditions des différents produits que pourrait vous proposer votre banquier, en gardant à l’esprit l’adage suivant : « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » !

Articles similaires

Commentaires

  1. […] Cette année, près de 30 000 ménages sont menacés par l’expulsion locative. Un chiffre alertant mais significatif d’une crise économique à rallonge… Et la fin des aides mises en place par l’Etat ne devrait rien arranger. Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut se constituer une épargne grâce notamment au Livret A, qui connaît un franc succès auprès des Français depuis un an. Si vous voulez en savoir plus, voici nos 7 solutions pour se constituer une épargne. […]

Petite maison en bois à côté de trois piles de pièces symbolisant la règle 50/30/20

Le Solublog

Pour comprendre, piloter et

assainir vos finances

Directement par email 😉

Nous avons bien pris en compte votre demande 😉
Désolé, il semblerait qu'il y ait eu un problème. Pourriez-vous essayer à nouveau ?

On peut se croiser aussi ici !

Vous cherchez quelque chose ?

Les catégories

Nos derniers articles